Mes renconctres 2006

Plus il approchait, plus je disais : « Oui c'est lui je peux le reconnaître ». À ce moment-là, j'ai pris ma 1ère photo de lui, mais il était très loin. Quand il est arrivé près du vert, mon coeur s'est mis à battre à 100 milles à l'heure. Le dernier coup qu'il a frappé avant d'arriver sur le vert, sa balle est venue juste près de mes pieds. Il nous a regardés et m'a vue prendre des photos. Ma mère qui n'est pas timide lui a dit : « Fais-nous un beau sourire. » Il nous a regardés en souriant. Après qu'il ait rentré sa balle dans le trou, il s'est approché de nous. Ma mère lui a demandé : « Est-ce que tu voudrais prendre une photo? » Il est venu pour s'approcher de ma mère et elle lui a dit : « Ce n'est pas pour moi, mais pour ma fille qui est venue juste pour toi ». Vous auriez dû me voir, je crois que je suis devenue toute rouge comme une tomate. Il a traversé la corde jaune et m'a prise par la taille.


Ma mère a pesé sur le bouton, mais ça ne marchait pas. Roch a dit : « Pesé plus fort », mais ça ne marchait pas. Roch s'est aperçu que la fenêtre du zoom était fermée. Il a dit : « Madame, il est fermé. » Il s'est approché, a touché mon kodak et a pesé sur le bouton pour ouvrir la fenêtre. Ma mère a pris une photo. Moi j'étais dans les nuages dans les bras de Roch et figés. Tout ce que j'ai pu lui dire c'est : « merci ». Ma mère lui a demandé s'il avait un crayon et il a dit oui. Il est allé à sa voiturette de golf prendre un crayon et a signé un autographe sur mon papier de golf. Kimberly était là et riait avec les gens qui étaient au tour. Roch était vêtu d'un chandail blanc avec des bordures bleues, un pantalon beige qui lui allait à merveille et il portait de super belles lunettes de soleil noires. Il était super bronzé et j'ai trouvé qu'il avait pris du poids. Il était resplendissant. Malheureusement, sur ce trou il n'a pas bien frappé, mais il avise l'air d'avoir chaud et d'être fatigué, mais ce n'est pas grave, car il ne peut pas être bon dans tout.


Après, nous sommes parties, car il faisait trop chaud pour le suivre du 10e trou et c'était dangereux de recevoir des balles par la tête. En revenant du terrain de golf, ma tante m'a dit : « Quand il s'est approché de nous, c'est comme s'il t'avait reconnu et qu'il s'est approché juste pour toi. » Je ne sais pas, mais je veux croire que oui". Par la suite, nous sommes allées visiter le Mont-Tramblant et nous sommes allées manger sur une terrasse. Deviner mon sujet de conversation? Nul autre que Roch. Je peux vous dire que Roch a comblé le reste de ma journée. Je l'ai trouvé très sympa, car il n'était pas obligé de faire cela pour nous. Par contre, j'ai été surprise, car il n'y avait personne qui le suivait. Tout le monde suivait les joueurs de hockey, surtout Mario Lemieux et Denis Savard. Ils sont très bien, mais mon meilleur c'est sans aucun doute notre Roch. Sur le chemin du retour à la maison, je chantais : « Seul sur le sable les yeux dans l'eau mon rêve était trop beau.... »


Merci Roch! Barbara


 © Barbara 2005-2017